traitement antipuce chien

Comme les chiens et les chats passent pas mal de temps dehors, ils sont fréquemment touchés par des parasites internes (endoparasites, comme les vers) ou externes (ectoparasites, comme les puces ou les tiques). Non seulement ces parasites peuvent affaiblir votre animal, mais ils peuvent aussi lui transmettre des maladies, parfois mortelles. C’est pourquoi il faut un traitement anti-puces ou anti tiques régulier, à la fois pour protéger votre compagnon mais aussi son environnement. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur les puces et les tiques.

Les principaux parasites externes des chiens et des chats : puces et tiques.

Les parasites externes ou ectoparasites sont des parasites vivants en partie sur la peau des chiens et des chats. 

Il ne faut pas les confondre avec des insectes piqueurs, qui peuvent eux-aussi transmettre des parasites, comme le phlébotome (sorte de petit moustique) qui en piquant le chien lui transmet un parasite interne, la leishmaniose.

Les parasites externes se nourrissent :

-soit de sang : ce sont des insectes (puce, pou piqueur…) ou des acariens (tique, aoutat) ;

-soit de squames : insectes (pou broyeur…) ou acariens (démodécie, gale sarcoptique, gale des oreilles, cheyletiellose…).

Les puces et les tiques sont de loin les plus fréquents.

Les puces des chiens et des chats

Les puces sont des insectes piqueurs se nourrissant de sang (insecte hématophage). Elles se reconnaissent à leur corps aplati et des pattes postérieures très développées, leur permettant de sauter plus de 300 fois leur taille.

 

Puce en train de sauter

Puce en train de sauter

Elles mesurent environ 5 mm et leur couleur va du marron-rouge (jeunes puces) au noir.

Les deux principales espèces sont Ctenocephalides felis (la puce du chat, la plus fréquente) et Ctenocephalides canis (la puce du chien).

Tout savoir sur la biologie des puces

Le cycle de développement des puces (des œufs à la puce adulte) dure de 12 à 150 jours environ, selon les conditions de température et d’hygrométrie. Une femelle pond environ 25 œufs par jour et ceux-ci peuvent rester quiescents dans la maison plusieurs mois, voire des années avant de se développer. 

Les puces se nourrissent habituellement 2 fois par jour, sur leur hôte : elles y restent environ 30 mn et retournent dans le milieu extérieur. 

Quels sont les dangers des puces pour les chats et les chiens ?

Il y a trois dangers principaux pour vos animaux domestiques.

Les puces se nourrissent de sang et anémient votre compagnon. 

Un animal âgé ou fragile, avec beaucoup de puces, pourra même voir son pronostic vital engagé. 

Les puces peuvent d’autre part transmettre d’autres maladies. La plus fréquente est une forme de ténia (Dipylidium), obligeant à vermifuger votre animal régulièrement. Chez le chat, les puces peuvent aussi transmettre une bactérie très pathogène, responsable de l’hémobartonellose féline (anémie, jaunisse…). 

Enfin la salive de puce est très allergène et entraine des dermites parfois intenses, avec perte des poils et boutons sur le triangle dorso-lombaire (bas du dos). Une seule piqure de puce peut faire qu’un animal allergique se gratte pendant au moins deux jours. 

C’est pourquoi tout animal ayant des signes de dermite allergique doit être traité contre les puces toute l’année.

dermite et piqûres puces sur le chien

Dermite et piqûres puces sur le chien

5 idées reçues sur les puces des animaux domestiques

Est-ce qu’il faut traiter son chat ou son chien contre les puces l’hiver ?

OUI

Les puces adultes sont moins fréquentes l’hiver et peuvent même mourir dehors avec le froid.

Mais dans un intérieur avec le chauffage, elles se croiront en plein été et les œufs se développeront très vite. Il suffit d’une à deux puces introduites à l’intérieur pour être très vite envahis.

Est-ce que les puces du chien peuvent piquer l’homme ?

OUI

Si les puces ont bien des hôtes spécifiques préférés, elles peuvent toutefois piquer indifféremment les chiens, les chats ou les hommes.

Chez l’homme, les piqures sont plus fréquentes chez les enfants et chez les femmes, et plus souvent dans la partie basse du corps (chevilles, mollets, jambes…).

Il est inutile de traiter un chat d’appartement ? 

NON

Les risques sont évidemment plus faibles que sur un chat qui sort. Mais il suffit de puces sur le palier ou chez un voisin pour être infesté : les puces adultes sautent en effet de grandes distances. 

Est-ce que le bain tue toutes les puces ?

NON

Certaines puces pourront sortir sans souci de l’eau, même très chaude. En revanche, elles sont assez sensibles aux shampooings ou produits nettoyants. 

On voit les œufs des puces sur mon chat ou mon chien ? 

NON

Les points noirs que vous voyez sont les déjections de puces, du sang digéré. Il y a un moyen simple de les mettre en évidence si vous pensez que c’est peut-être de la terre : mettez votre animal sur un drap blanc, vous lui frottez le dos à rebrousse-poil et vous voyez si ces points noirs tombent. Si vous les déposez ensuite sur un essuie-tout humide, vous verrez une auréole rouge : c’est du sang digéré.

Les tiques des chiens et des chats

Il existe environ une douzaine de tiques différentes pouvant parasiter vos chiens ou chats. A l’exception de la « tique domestique » Rhipicephalus sanguineus qui peut entièrement se développer en intérieur (chenil, maison), les tiques se développent surtout en milieu extérieur : la tique adulte se fixe sur un buisson, une herbe ou une plante avant d’aller se figer dans les poils de votre animal. 

Elle met quelques heures à se fixer par son rostre, mais elle va rester ensuite accrochée 1 à 3 jours pour se nourrir du sang, avant de retomber au sol. A la différence des puces, il n’est donc pas utile de traiter la maison si votre animal en attrape.

Les tiques agissant de manière plus ponctuelle, leur principal danger n’est pas l’anémie liée au sang qu’elles avalent.

C’est le risque de transmissions de maladies graves et parfois mortelles, dont la répartition géographique est variable. 

Les tiques du chien transmettent essentiellement la piroplasmose, l’ehrlichiose (surtout dans le sud-est) et la maladie de Lyme.

Les tiques du chat sont moins dangereuses : l’ehrlichiose et la maladie de Lyme sont rares, tandis que l’hémobartonellose est plus fréquemment transmise par les puces. 

Quels sont les différentes anti-puces pour chiens et pour chats ?

Il existe de très nombreux anti-parasitaires externes.

Chacun a ses avantages et ses inconvénients.

Le spectre d’un produits anti parasitaires externes

Les puces sont des insectes et les tiques des acariens, mais de nombreux produits agissent sur les deux : insecticides/acaricides ou insectifuges/acarifuges.

Certaines molécules peuvent en plus présenter une action répulsive sur d’autres insectes, comme les phlébotomes vecteurs de la leishmaniose chez le chien (sud de la France) : ils ne vont pas piquer un chien traité, supprimant le risque de transmission.

Enfin, certains produits du commerce associent l’antiparasitaire externe à un antiparasitaire interne (vermifuge) ou à un inhibiteur de croissance des puces (IGF) : ces molécules sans danger pour les mammifères empêchent les œufs et les larves de se transformer en puces adultes, bloquant aussi leur développement dans le milieu extérieur. 

La forme galénique d’un produit antiparasitaire externe

Les anti-puces ou anti-tiques existent sous différentes formes, avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Les pipettes ou spot-on se présentent sous forme d’un produit huileux déposé le plus souvent sur la nuque. Il est absorbé par les graisses de la peau et relargué sur plusieurs semaines.

Il permet d’agir sur tout le corps. Il faut en revanche éviter de toucher l’animal traité à l’endroit du spot-on, durant au moins 48 heures. C’est surement les antiiparasitaires les plus simples à utiliser.

Attention, de nombreuses pipettes pour chien peuvent être toxiques pour les chats.

traitement antipuce chien

Traitement anti-puce par pipette sur un chien

Le shampooing antiparasitaire ou le spray ont une action immédiate. Mais le shampooing n’a pas d’effet rémanent.

Un spray au fipronil aura une action plus longue, car le produit va aussi se fixer dans les graisses de la peau.

Il existe aussi de nombreux produits naturels efficaces, respectant l’environnement, comme la poudre de diatomée.

Un comprimé anti-puces contient soit un inhibiteur de croissance des puces, soit un vrai insecticide.

Leur action est rapide et efficace, mais on ne peut exclure une intolérance sur des animaux fragiles, car le produit passe dans le sang.

Un collier anti-parasitaire constitue souvent une réponse facile et efficace. Il peut toutefois s’avérer insuffisant sur des animaux de grande taille ou à poil épais, car le produit diffuse mal sur le bas du dos… là où se trouvent les puces.

Il existe désormais des colliers agissant sur plusieurs mois. Comme ils sont plus chers, il faut les réserver à des animaux ne risquant pas de les perdre.

Comment traiter son chien et son chat contre les puces ?

Comme tout traitement anti-parasitaire externe, vous devez tenir compte du mode de vie de votre animal (intérieur ou extérieur) et des saisons : les puces se développent surtout aux beaux jours, comme les autres insectes… mais une maison chauffée en plein hiver agit comme si c’était l’été !  Les tiques aiment bien les intersaisons, et le combiné chaleur et humidité.

Traitement antipuce – anti tique en prévention

Il faut privilégier un produit à large spectre, facile à utiliser, en respectant bien la fréquence indiquée sur le mode d’emploi (entre 1 et 4 mois le plus souvent).

Si votre animal est allergique aux puces, ou si vous habitez dans une région aux hivers doux, il faut traiter toute l’année.

Sur un animal allergique, prenez un insecticide répulsif, qui empêche les puces de venir sur votre animal et de le piquer : si la puce doit piquer pour absorber le produit et mourir, c’est trop tard, votre animal continuera à se gratter… malgré la puce morte !

Si votre animal n’est pas allergique à la salive des puces, qu’il vit en intérieur ou que vous habitez dans une région aux hivers marqués, vous devez traiter régulièrement du printemps à l’automne, et vous pouvez vous contenter d’un ou deux traitements seulement l’hiver.

Traitement anti-parasitaire en curatif

  • Si votre animal attrape des tiques, le traitement est facile.

N’arrachez jamais une tique fixée sans précaution, au risque de la déchirer et de laisser le rostre planté dans la peau de votre animal.

Il existe des crochets spéciaux (un tire-tique) pour la détacher sans risque.

Sinon, un antiparasitaire directement appliqué sur la tique la tue, et la fait tomber naturellement en quelques heures. 

  • Si votre animal attrape des puces, le traitement doit être rapide.

Il faut privilégier un insecticide plutôt qu’un insectifuge, à action rapide, soit en comprimés, soit en spray.

Il faudra renouveler le traitement, sans dépasser la date conseillée.

Mais il est aussi essentiel de traiter la maison ou l’environnement avec un fumigène : comme les œufs et les larves persistent des mois, ces produits atoxiques bloquent le développement des larves et empêchent que votre maison soit envahie de puces. 

Ils peuvent être renouvelés deux fois par an, dont une fois avant l’hiver et la mise en route du chauffage.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *